Le livre de Michel Drucker « Les 500 émissions mythiques de la télévision française » va paraître le 3 octobre et le moins que l’on puisse dire, c’est que Michel Drucker balance sur ses confrères et animatrices de télévision.

La première qui en prend pour son grade c’est Valérie Damidot, l’animatrice de « D&Co » sur M6 qu’il compare a une petite fille qui :

« devait beaucoup aimer les coloriages, avec des feutres fluo » et Michel Drucker poursuit :

« L’intérieur dans lequel elle a grandi a dû la marquer : sans doute était-il très gris, très neutre. Depuis, elle se venge. Comme chacun sait, nul ne guérit de son enfance… On peut aussi revendiquer le goût du moche : pourquoi se soumettre à la dictature du beau ? En cela, elle joue un rôle primordial ».

Puis il continue avec Thierry Ardisson qui selon lui « Ose tout. Sauf le direct ». A propos de Carole Rousseau :

« Je me souviens de ma mère me demandant si elle était une descendante de Jean-Jacques, l’écrivain philosophe. Je lui ai dit que non, puis elle l’a vue à l’antenne dans « Scrupules » et en a eu la confirmation » écrit-il.

Pour Michel Drucker, Jean-Pierre Foucault est un homme admirable mais :

« Il supporte depuis prés de 25 ans, avec un flegme parfait, l’incroyable violence qui règne à TF1 ».

Il salue également la performance de Benjamin Castaldi :

« qui consacre chaque année plusieurs mois de sa vie à cette émission totalement sans intérêt, mais dont les producteurs lui font à chaque fois un pont d’or pour qu’il y retourne ».

Et enfin, un dernier pour la route c’est l’animateur Cauet qui va prendre :

« J’ai connu un charcutier très jovial qui lui ressemblait : chaque fois que j’entre apercevais Cauet à la télé (…) je ne pouvais m’empêcher de penser à cet aimable commerçant. Et entre deux blagues cochonnes de Cauet, dans une semi-torpeur, je l’imaginais qui me disait : ‘ Je vous ai mis un peu trop de boudin, je vous le laisse ? »

Pas sympa de balancer comme ça Michel!