[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !

[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !
Voir le diaporama
4 Photos
exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur
[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !
exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur

exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur
[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !
exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur

exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur
[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !
exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur

exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur
[EXCLU] Sam Zirah : les terribles accusations d’un ex-collaborateur !
exclu-sam-zirah-les-terribles-accusations-d-un-ex-collaborateur

Après Jeremstar, c’est au tour de Sam Zirah de faire l’objet de graves accusations. Un ex-collaborateur du célèbre Youtubeur l'a violement pris à partie sur les réseaux sociaux.

Sale temps pour les Youtubeurs ! Alors que le Parquet de Paris vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête préliminaire contre Jeremstar, un nouveau conflit juridique se profile à l’horizon. Cette fois, l’affaire concerne Sam Zirah.

« Honte à toi  » !

Jeudi 15 octobre 2020, Clément B, 20 ans, lance de graves accusations sur le réseau social Instagram. Dans un long post, le jeune homme décrit sa surprenante collaboration avec le célèbre Youtubeur. Il n’hésite pas à blâmer Sam Zirah à grand renfort de hashtags.

View this post on Instagram

Apres avoir passé 4 ans sans rien dire, j’ai décidé de briser le silence autour de samzirah Il y a 4 ans, un membre de l’équipe de Sam m’a contacté pour réaliser sa nouvelle identité visuelle. Apres avoir longuement discuté nous avons décidé de collaborer ensemble. A savoir, la collaboration était un échange de ma créativité contre de la publicité de sa part. 2 mois après Mr Zirah a souhaité une nouvelle collaboration mais ce n’était pas possible étant donné que j'étais étudiant et que j’étais désormais chargé des réalisations graphiques de Secret Story pour Nextplz Le Figaro De ce fait, Sam Zirah a décidé de supprimer tout simplement mon NOM et FONCTION du générique de fin et de ce fait s’approprier mon travail et MA propriété intellectuelle. Par la suite, je lui ai interdit toutes utilisations et publications de mes visuels. Une fois après avoir reçu cette interdiction de diffusion Sam Zirah m’a bloqué sur tous les canaux de communication. Depuis 4 ans, mon travail a été vu par des millions de spectateurs sans même aucun signe de reconnaissance et d’humanisme envers mon travail. J'ai pu constater des SPOTS-TV sur W9 en access prime time. De plus, je ne compte même plus le nombre de fois ou TPMP a repris des extraits de ses émissions avec mon logo. Honte à toi. #youtube #honte #graphisme #samzirah

A post shared by Clemøme 🦩 (@clemome_) on

Il brise la loi du silence !

Sans ambiguïté, il accuse :

Apres avoir passé 4 ans sans rien dire, j’ai décidé de briser le silence autour de Sam Zirah (…) Il y a 4 ans, un membre de l’équipe de Sam m’a contacté pour réaliser sa nouvelle identité visuelle. Apres avoir longuement discuté nous avons décidé de collaborer ensemble.

Une association qui ne semble pas avoir perduré dans le temps :

Sam Zirah a décidé de supprimer tout simplement mon nom et ma fonction du générique de fin et de ce fait s’approprier mon travail et ma propriété intellectuelle. Par la suite, je lui ai interdit toute utilisation et publication de mes visuels. Une fois après avoir reçu cette interdiction de diffusion, Sam Zirah m’a bloqué sur tous les canaux de communication.

Mineur au moment des faits

 

View this post on Instagram

100% 🎵

A post shared by Clemøme 🦩 (@clemome_) on

Contacté par nos soins, le jeune étudiant en communication a renouvelé ses accusations :

J’ai bien fait la connaissance de Sam Zirah en août 2016 par le bais de son réalisateur Julien Bastida. J’étais étudiant et mineur au moment des faits. Il m’a proposé de collaborer sur ses productions à titre gracieux. En échange d’une citation au générique de ses émissions diffusées sur YouTube, j’ai accepté de lui créer toute la charte graphique de sa chaîne. Pour me remercier de mon travail, j’ai bénéficié d’un abonnement d’un an à un célèbre magazine people !

« Mon nom supprimé du générique ! »

Mais si l’on en croit les dires du plaignant, cette relation s’est rapidement détériorée. Après la livraison de ces premiers éléments graphiques, Sam Zirah aurait adressée un nouvelle demande de collaboration.

C’est à ce moment bien précis que tout aurait dérapé selon le jeune lyonnais :

Alors impliqué dans d’autres projets, je n’étais plus en capacité de répondre favorablement à ses demandes. Il a donc décidé de manière unilatérale de supprimer mon nom du générique. Parallèlement à cela, il n’a cessé d’exploiter les éléments graphiques qui lui avaient été précédemment livrés.

Très surpris par cette décision, il balance :

Ce n’était pas le deal de départ ! De mon point de vue, il s’agit d’une violation de la propriété intellectuelle. Je l’ai contacté à plusieurs reprises en lui interdisant de reproduire et diffuser mon travail mais il n’a pas tenu compte de mes mises en garde. Par ailleurs, il m’a bloqué de toutes parts afin que je ne puisse plus entrer en contact avec lui !

De nombreux éléments à charge

Déterminé à aller jusqu’au bout, Clément B. s’est montré particulièrement offensif :

Il n’a jamais voulu régler ce litige à l’amiable. Je n’ai donc pas eu d’autre choix que de médiatiser cette affaire pour faire reconnaître l’existence du conflit qui m’oppose à Sam Zirah. Je dispose de nombreux éléments qui prouvent mes dires. Avant d’être indemnisé à la hauteur du préjudice subi, je souhaite que mon travail soit avant tout reconnu !

D’étranges motivations

Quatre ans après les faits, on peut en effet s’interroger sur les motivations et la façon dont le jeune homme s’y prend pour obtenir gain de cause. Sans sourciller il nous affirme :

J’ai décidé d’utiliser les réseaux sociaux pour faire toute la lumière sur les pratiques de Sam Zirah. Je suis très serein sur la suite des évènements car je dispose d’une quantité de pièces dans mon mon dossier. Ce sera à la justice de tout analyser et de rendre sa décision.

En effet, en guise de preuves, Clément B. n’a pas hésité à nous fournir certains éléments faisant état, selon lui, de l’existence d’une collaboration et du supposé litige qui l’oppose au Youtubeur :

En effet, dans un mail en date du 17 août 2016, Sam Zirah semble passer commande de divers éléments auprès du jeune graphiste.

[EXCLU] Sam Zirah: les terribles accusations d'un ex-collaborateur !En échange de cette collaboration, il promet :

« Bien sûr, tu pourras compter sur moi pour ta pub »

Une charte graphique que le spécialiste de la téléréalité s’est bien procurée comme en attestent de nombreuses traces de téléchargements de fichiers.

[EXCLU] Sam Zirah: les terribles accusations d'un ex-collaborateur !

Hélas, après quelques mois de collaboration fructueuse, la relation se détériore. Furieux d’avoir été écarté du générique de l’émission, Clément B. adresse alors un mail à Sam Zirah exigeant la suppression de l’ensemble des éléments graphiques qui lui ont été fournis.

[EXCLU] Sam Zirah: les terribles accusations d'un ex-collaborateur !

Bonjour, je souhaite que l’intégralité des vidéos, spots TV, soient supprimés de ta chaine conformément à mon droit de la propriété intellectuelle.

Un mail resté sans réponse semble t’il.

Contacté par nos soins, Sam Zirah, a refusé de s’exprimer ou de commenter publiquement cette affaire. Pour rappel, Sam Zirah est présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à la clôture définitive du dossier.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :