Céline Dion condamnée à verser des millions à son agent : « Je me sens trahie »

Céline Dion condamnée à verser des millions à son agent : « Je me sens trahie »
La chanteuse Céline Dion a été condamnée le 19 novembre par la justice californienne à payer des sommes très importantes à son ancien agent, Rob Prinz. Un verdict qu’elle dénonce.

C’est une sacrée déconvenue pour Céline Dion. La célèbre chanteuse vient de perdre un procès contre son ancien agent Rob Prinz et son ancien agent artistique, ICM Partners.

La Commission du Travail californienne a en effet statué que Céline Dion devait bien encore de l’argent à ceux qui l’ont représentée par le passé selon le site Deadline. Et ceci car ce sont eux qui représentaient la chanteuse lors de la signature d’un gros contrat.

Des commissions sur un contrat à 500 millions de dollars

Ces commissions passées qu’elle va devoir régler représentent une belle somme. Elle sont basées sur un contrat de 500 millions de dollars signé en 2017 par Céline Dion pour sa série de concerts à Las Vegas et des tournées mondiales.

La décision de justice stipule qu’ICM Partners a droit à 1,5% de la rémunération brute gagnée pour toutes les représentations à Las Vegas, 3% de toutes les représentations en tournée et 1,5% pour les représentations dans sa province d’origine, le Québec. Elle comprend également des intérêts calculés à 10 % par an.

La réaction de Céline Dion

La chanteuse a publié un communiqué suite à cette décision de justice pour protester contre le verdict :

J’ai versé à M. Prinz plusieurs millions de dollars au fil des ans. Et lorsque tout cela a débuté, mon équipe a fait une offre extrêmement généreuse de lui verser, ainsi qu’à ICM, de nombreux autres millions pour les années à venir, même si nos anciens accords étaient terminés et que nous n’en avions pas conclu de nouveaux. Je ne dis pas que M. Prinz n’a rien fait, mais il s’accorde beaucoup plus de crédit pour ma carrière qu’il ne le mérite.

René Angélil et Céline Dion
René et Céline © Gabe Ginsberg/WireImage

Elle a ensuite évoqué son défunt mari, René Angelil avec tristesse :

Quand René était en vie, il s’occupait de mes affaires et était toujours très juste avec les gens avec qui nous travaillions, et il m’a appris à faire pareil. Comme il n’était pas là pour me défendre lors de l’audience, j’ai l’impression que M. Prinz et ICM ont profité de mois avec leurs demandes financières et la révélation d’informations confidentielles sur mon contrat. Je me sens trahie.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :